a-tension

le collectionneur

le collectionneur

24 octobre 2006

Info, rate & Comments

Au moins, une chose n’a pas vraiment changé depuis tout ce temps, j’aime toujours aussi peu la musique que les radios et leur rotation lourde de singles et de jingles. A l’époque je préférais carrément rejeter toute la musique en bloc. Alors que mes copains commençaient déjà s’acheter les derniers tubes à la mode et aller en centre ville pour aller au ciné, j’en étais encore au niveau des pâquerettes, avec ferme intention de ne pas en décoller.

Quelque part entre la 5eme et la 4eme, je finirai pourtant par céder à la pression de mes proches suite au succès énorme du ‘dangerous’ de michael jackson, puis le choc sauvage de l’arrivée du ‘nevermind’ de nirvana. Mes premiers achats, sting et depeche mode complètent à merveille le panel. Il faudra attendre la 2nde avant que je me décide à acheter les albums précédents de mes artistes favoris pour comprendre d’où leur musique vient. Et de découvrir que les premiers opus sont souvent moins bien mixés et produits mais plus bruts, moins formatés, plus intenses. En terminale je me croyais le roi de la montagne en écoulant en boucle le ‘even if and especially when’ des screaming trees, totalement inconnus dans mon entourage direct.

Viendront enfin les années médiathèque, qui atténuera heureusement ma boulimie d’achat de cd neuf puis d’occasion, mais pour encourager une écoute encore plus intensive et permanente tout du long de la journée de tas de groupes se référençant les uns les autres, cités pêle-mêle par les rédacteurs de rock&folk et des inrocks, avec de nombreux échecs à comprendre en quoi certains artistes avaient contribués à quoique ce soit. Mais avec une curiosité grandissante, et de moins en moins de préjugés. J’enfonce le clou avec la découverte du continent ‘musique électronique’.

Puis vient la révolution P2P, les premières années d’abondance absolue. Les baladeurs mp3 de plus en plus petits, à la capacité de plus en plus grande. Et rapidement le raz le bol de la quantité qui écrase la qualité. Après tout, jeter son temps par la fenêtre au lieu de son fric, ce n’est bien différent. Accepter de ne pas connaître toutes les nouveautés, tous les artistes qui montent. Acheter moins de cd, aller voir plus de concerts, autant que possible dans des salles à l’acoustique à taille humaine. Retrouver les réseaux d’amis amateurs de musique, redécouvrir l’écoute à plusieurs. Et prier pour que la bibliothèque soit capable d’accueillir les rares nouveaux achats sur les prochaines années. Parce que c’est à peu près la même histoire pour les films et le cinéma… 🙂

Et pour boucler la boucle, les seules radios que j’arrive encore à écouter sont radio sauvagine à bordeaux et fip à paris, qui avec des politiques radcalement opposées (émissions à thèmme pour la première, grand mélange des genres pour la seconde) arrivent à ne pas passer deux fois le même titre en deux semaines d’écoute au réveil.

  • Model Name: Canon DIGITAL IXUS 800 IS
  • Date: 2006:10:24 00:40:35
  • Exposure Time: 5/10
  • F Number: 5
  • Focal Length: 18.633
1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (16 votes, average: 3,67 out of 5)
Loading...

2 comments

  1. Est-ce que tu as eu l'occasion d'écouter Radio SAuvagine depuis qu'ils on été rachetés par Nova ? De toute façon, ils fallaient bien qu'ils trouvent un moyen de survivre …

  2. j'ai pu écouter de temps en temps quand je descend en week end à bordeaux, et je trouve que ça n'a pas trop changé, pas en mal en tout cas…

Leave a comment