a-tension

base floue = distorsions au sommets

base floue = distorsions au sommets

29 décembre 2006

Info, rate & Comments

Assurance chômage: qui côtise, qui bénéficie? Quand deux économistes cherchent des pistes pour rééquilibrer la pyramide, ça donne des petites choses sympathique qui vont en faire hurler certains… 🙂

« Deuxième injustice à laquelle s’attaquent les deux économistes : les entreprises ne contribuent pas au régime d’assurance-chômage à hauteur de ce qu’elles lui coûtent. « D’un point de vue économique et assurantiel, il serait logique de faire payer plus les entreprises qui coûtent plus cher, en l’occurrence celles qui utilisent largement les contrats courts », juge M. Coquet. »

source

  • Model Name: DYNAX 5D
  • Date: 2006:12:29 15:11:24
  • Exposure Program: Aperture priority
  • Exposure Time: 1/250
  • F Number: 9
  • ISO: 250
  • Focal Length: 100
1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (8 votes, average: 3,29 out of 5)
Loading...

2 comments

  1. Article très intéressant. Problématique suivante : comment faire accepter à la société des transformations si fortes de ce type (ceci ou autre) ? Car autant je constate de mes yeux (et de mes nerfs) que des transformations révolutionnaires peuvent s'opérer au sein d'une société qui est une entreprise privée, même de grande taille, de part la simple volonté d'un décideur (c'est son métier), autant la Nation souveraine ne supporte pas qu'on modifie *sa* société, même sur la base de bonnes idées chiffrées, simplement car il ne s'agit pas de satisfaire un décideur, mais de satisfaire la Nation entière et vu notre nombre, c'est impossible de satisfaire tout le monde à la fois, donc de changer quoi que ce soit. En poussant le raisonnement, il y a bien la dictature, mais la Nation n'est alors plus souveraine et donc toute dictature ne peut tenir éternellement (et heureusement !). Donc la société n'évolue jamais à coup d'idées géniales d'économistes joyeusement documentés, mais petit à petit, avec des réformes modestes et bancales et surtout discrètes… donc pas sur les membres de la Nation les plus râleurs, car ceux qui ne râlent pas voient eux aussi midi à leur porte, mais la tête dans le guidon, on se contente de continuer pour ne pas au moins perdre tout en arrêtant de pédaler. Mais je m'éloigne de la photographie. La photo est un peu moins « catchy » (j'aime ce terme) que l'article pour moi, étant un viel habitué de ton photoblog (mais elle est bien quand même).

Leave a comment