a-tension

un tourbillon et on boit le bouillon

un tourbillon et on boit le bouillon

23 août 2006

Info, rate & Comments

Quand les grandes places boursières s’effondrent, c’est le bon moment de faire un point sur ces bulles spéculatives increvables, increvables, increvables……… crevées! (celui qui me retrouve la citation d’origine et le film dont elle est tirée gagne une bière ;). Et surtout de comprendre comment une simple correction peut déclencher une psychose et une prise de bénéfice massive. Car si ça arrive en bourse, d’autres milieux de spéculation pourraient bien suivre prochainement.

Petit rappel: le Yen carry trade est une pratique qui consiste à emprunter du yen au Japon, où les taux sont très faibles (0.25% jusque très dernièrement) et vendre ses yens pour une monnaie d’un pays dont les taux sont élevés. Conséquence: le yen étant fortement vendu, sa valeur diminue, ce qui favorise la reprise économique et encourage le gouvernement nippon à ne pas réagir. Problème, le jour où les taux finissent par remonter, tout le monde dénoue ses opérations de ce type. La brutalité du mouvement et les sommes très importantes en jeu perturbent évidemment tous les marchés.

« La panique sur les marchés est due en grande partie à l’évolution boursière asiatique, notamment les prises de bénéfices sur Shangaï qui générent une réduction partielle du Yen carry trade.
Le Yen repart donc à la hausse, du moins provisoirement. Cette hausse peut s’auto-alimenter si les opérateurs prennent peur et provoquer un véritable séisme. » (lien, en bas de page, c’est classé par ordre anti-chronologique)

« La crainte est un débouclement en catastrophe des positions de carry trade provoqué par la hausse du yen. On ne connaît pas le montant de ces positions, les estimations allant de 100 à 900 milliards de dollars, mais si l’on prend un chiffre moyen de 500 milliards de dollars, en cas de débouclement avec ‘stop loss’, il n’y a plus de fondamentaux qui jouent ». (lien)

« Selon Tim Lee, de l’institut de recherche américain Pi Economics, le carry trade est « un jeu d’escalade dans l’imprudence, car il ne rapporte que tant que les gens continuent à mettre de l’argent dedans », et « il ne fait aucun doute que tout cela finira extrêmement mal ». Et le problème des bulles, c’est qu’elles ne se dégonflent que rarement en douceur… Il suffirait de peu de chose, comme dans toute bulle, pour que la tendance s’inverse (une remontée des taux au Japon par exemple, provoquant une hausse du yen). » (lien)

Et pleins de trucs sur ‘apprendre la bourse’… (lien)

  • Model Name: DYNAX 5D
  • Date: 2006:08:23 13:51:00
  • Exposure Program: Aperture priority
  • Exposure Time: 1/160
  • F Number: 5.6
  • ISO: 125
  • Focal Length: 75
1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (11 votes, average: 4,00 out of 5)
Loading...

3 comments

  1. Les turbulences ne sont que des écarts locaux à une vitesse de déplacement globale. Quoiqu'il en paraisse, ces perturbations favorisent l'écoulement ; idem à la bourse, elle permettent de remettre les quelques pendules à l'heure et de corriger les valeurs en faisant souffrir certaines plus que d'autres ; ensuite le système repart. Faut bien que les riches, de plus en plus riches placent leur money, les povr'

Leave a comment