a-tension

revenir et creuser

revenir et creuser

21 avril 2006

Info, rate & Comments

C’est marrant de revenir sur des photos qui ont pratiquemen un an, et de se rendre compte qu’on avait hésité entre deux pour la publication, choisi l’une (lien) alors que le choix de l’autre apparaît si évident aujourd’hui. Mes vieilles photos ne sont certes pas très sexy techniquement parlant, mais il y avait un certain nombre d’idées qui ne demandent qu’à être creusées encore un peu.

edit 16/03 Lévitation, par Isa:

Ce qu’une femme peut être belle

Quand le soleil irradie, qu’elle n’a plus d’autre choix que de porter sa jupe tulipe
Qui laisse ses jambes à nu.

Elle trouve que la chaleur est intense, mais supportable ; il faut bien profiter de certaines clémences avant que n’arrivent les déluges.

Et elle avance d’un pas agile et gracieux ; rien de plus séduisant que sa fine cheville autour de laquelle on voudrait passer des bijoux. Elle est si légère, son talon ne touche jamais le sol (c’est pour mettre en valeur le galbe travaillé de sa jambe dorée). Danseuse, on croirait que tu t’envoles.

-Ce jour-là, sur la plage, la mer en se retirant a laissé sur le sable la trace de son passage-

  • Model Name: DYNAX 5D
  • Date: 2006:04:21 16:03:56
  • Exposure Program: Normal program
  • Exposure Time: 1/160
  • F Number: 10
  • ISO: 100
  • Focal Length: 20
1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (12 votes, average: 3,83 out of 5)
Loading...

One comment

  1. Lévitation

    Ce qu’une femme peut être belle
    Quand le soleil irradie, qu’elle n’a plus d’autre choix que de porter sa jupe tulipe
    Qui laisse ses jambes à nu.

    Elle trouve que la chaleur est intense, mais supportable ; il faut bien profiter de certaines clémences avant que n’arrivent les déluges.

    Et elle avance d’un pas agile et gracieux ; rien de plus séduisant que sa fine cheville autour de laquelle on voudrait passer des bijoux. Elle est si légère, son talon ne touche jamais le sol (c’est pour mettre en valeur le galbe travaillé de sa jambe dorée). Danseuse, on croirait que tu t’envoles.

    -Ce jour-là, sur la plage, la mer en se retirant a laissé sur le sable la trace de son passage-

Leave a comment